RadioSpectrum.CA

RADIO OPERATORS  -  SPARKS  -  RADIO TECHNICIANS

RADIO TECHNOLOGISTS  -  RADIO ENGINEERS

RADIO INSPECTORS  -  SPECTRUM MANAGERS

SpectreRadio.CA

OPÉRATEURS RADIO  -  TECHNICIENS RADIO

TECHNOLOGUES RADIO  -  INGÉNIEURS RADIO

INSPECTEURS RADIO  -  GESTIONNAIRES DU SPECTRE

              

 

1994

Radio interference now a smaller headache

par Deb Finn

 

 

Gérard Piette adjusts roof mounted mobile direction­finding equipment

 

Thanks to new, efficient, mobile direction-finding (DF) systems, radio frequency inspectors now pinpoint radio interference sources quickly and accurately.

 

According to Don Paskovich of Automated Spectrum Management directorate (DASM), "It's the job of radio inspectors to track down and correct interference problems. It's the directorate's job to provide the hardware and software tools to inspectors so they provide the public with access to interference-free use of the radio spectrum."

 

In 1992, DASM, in cooperation with the regions, set out to improve essential interference reduction services, especially the acquisition of modern DF equipment. The highly motivated technical team - Paul Vaccani (team leader), Don Paskovich and Normand Trickey from DASM; Maurice Thériault (Atlantic), Fernando Gutierrez (Quebec), Dave Slingerland (Ontario), Dan Lemoine (Prairies and Northwest Territories), and Ron Gloux (Pacific) - developed user requirements and specifications, carried out field evaluations, and selected the winning supplier.

 

"We tested five different DF systems before choosing the OAR DF system. Even after the selection was made, we continued to ask our radio inspector clients for their feedback in making improvements to the system," says Don.

 

"We purchased 34 OAR DF systems for our district offices. Sometimes, using mobile systems is the only way to get the job done."

 

Previously, many district offices only had directional antennas. "Using antennas to pin-point problems can be very slow," says Don. "With a mobile system, you can zero in faster on where the interference originates."

 

As the use of the radio frequency spectrum increases, so too does the likelihood of radio interference. Interference garbles messages on emergency frequencies, disrupts radio or TV broadcast reception, increases the bit-error rate in data transmissions or disrupts cellular phone conversations. Trying to find the source of such disruptions can be difficult, if not impossible, without DF systems. This is especially true in large urban areas where signals can be blocked by tall buildings or topographical obstructions.

 

Interference varies. Sometimes, it's deliberate, caused by a grudge (taxi companies are especially vulnerable). It's also caused by faulty equipment, or by people using a frequency assigned to one area while they're in another, or illegally using a frequency because they don't want to pay a radio licence fee. Or, ELTs (Emergency Locator Transmitters that help search teams find crashed airplanes) are activated accidentally while being shipped by a courier.

 

1994

Radiocommunications sans brouillage

par Deb Finn

 

 

Gérard Piette

ajuste les antennes radiogoniométriques sur le toit d'un véhicule

 

Grâce à l'utilisation de systèmes mobiles de radiogoniométrie à la fois nouveaux et efficaces, les inspecteurs radio localisent maintenant avec rapidité et précision les sources de brouillage radioélectrique.

 

Selon Don Paskovich de la Direction des systèmes automatisés de gestion du spectre (DASM), le travail des inspecteurs radio consiste à dépister et à corriger les problèmes de brouillage radioélectrique. Il appartient donc à la Direction de fournir aux inspecteurs radio le matériel et les logiciels qui leur permettront de garantir à la population des radiocommunications sans brouillage.

 

En 1992, la DASM, de concert avec les régions, s'employait à améliorer les services essentiels de réduction du brouillage radioélectrique, particulièrement par l'acquisition de nouveaux systèmes de radiogoniométrie. Une équipe technique très motivée, composée de Paul Vaccani (chef d'équipe), Don Paskovich et Normand Trickey de la DASM, Maurice Thériault (région de l'Atlantique), Fernando Gutierrez (Québec), Dave  Slingerland (Ontario), Dan Lemoine (Prairies et Territoires du Nord-Ouest) et Ron Gloux (Pacifique), établissait les besoins des usagers et les spécifications du système, procédait à des évaluations sur le terrain et choisissait le fournisseur le plus compétent.

 

„ Nous avons fait l'essai de cinq systèmes de radiogoniométrie différents avant de choisir le fabricant du système mobile de radiogoniométrie. Même après la sélection, nous avons demandé à nos inspecteurs radio, qui sont aussi nos clients, de nous faire part de leurs observations en vue d'améliorer le système affirme Don.

 

Nous avons acheté 34 systèmes mobiles de radiogoniométrie pour nos bureaux de district. Il arrive que l'utilisation des systèmes mobiles représente la seule solution possible. »

 

Auparavant, plusieurs bureaux de district ne possédaient que des antennes directionnelles. „ Imaginez comme il peut être fastidieux d'utiliser des antennes pour circonscrire ce genre de problèmes », dit Don. « Avec un système mobile, la source du brouillage se repère plus rapidement. »

 

Les possibilités de brouillage se multiplient à mesure que l'exploitation des fréquences radioélectriques augmente. Le brouillage mutile les messages transmis sur les fréquences d'urgence, trouble la réception des émissions de radio ou de télévision, accroît le taux d'erreurs sur les bits lors de la transmission de données ou perturbe les conversations téléphoniques cellulaires. Sans matériel de radiogoniométrie, il est très difficile, voire impossible, d'isoler la source de ces perturbations, surtout dans les grands centres urbains où les signaux peuvent être bloqués par les gratte-ciel et les accidents de terrain.

 

Le brouillage est variable. Il s'agit parfois de mettre fin à un problème de brouillage intentionnel (les services de taxis sont souvent victimes de ce type d'incident). Ce brouillage est souvent causé par du matériel défectueux, des gens qui utilisent une fréquence à l'extérieur de la région où elle a été assignée, ou des personnes qui se servent illégalement d'une fréquence radio pour éviter de payer les droits de licence. Il arrive aussi qu'une ELT (radiobalise de détresse permettant aux équipes de secours de trouver un avion qui s'est écrasé) soit activée accidentellement lors de son transport.

 

Radio inspectors talk

 

"I used the OAR DF to investigate an interference that was seriously degrading a system and making its use nearly impossible. In a matter of minutes, I isolated the source. Without the DF, I would not have been able to pin it down."

Carl Munn. Victoria

 

L'opinion des inspecteurs radio

 

J'ai utilisé le système mobile de radiogoniométrie dans le cadre d'une enquête touchant un problème de brouillage qui perturbait sérieusement l'exploitation d'un système radio au point de le rendre à peu près inutilisable. En quelques minutes, j'ai découvert le problème. Sans le système de radiogoniométrie, je n'aurais jamais pu délimiter avec exactitude la provenance du brouillage. »

Carl Munn, Victoria

 

"One case involved intentional interference which we traced to a hand­held radio. We simply could not have participated in a meaningful way in such investigations without top quality DF equipment."

Doug Shorter, Vancouver

 

 

Nous avons eu un cas de brouillage intentionnel causé par une radio portative. Nous n'aurions pu participer aussi efficacement à l'enquête sans un matériel de radiogoniométrie de première qualité. »

Doug Shorter, Vancouver

Responding to a report of harmful interference to licensed operations by unknown sources, the sole inspector traced signals to a large Ottawa shopping mall, after one minute of air-time from the unknown station. At the busy shopping complex, he found an outside antenna, and within less than an hour, located an unknown low power transmitting station. Using previous methods, this case might have gone unsolved for several days at best."

Gérard Piette, Ottawa

 

Répondant à un rapport de brouillage nuisible provenant d'installations autorisées par des sources inconnues, l'inspecteur, qui travaillait seul, a pu capter environ une minute d'émission émanant d'un grand centre commercial d'Ottawa. Une fois rendu sur place, il a découvert une antenne extérieure et, en moins d'une heure, il localisait une station d'émission anonyme de faible puissance. Il aurait fallu compter au minimum plusieurs jours pour arriver à ce résultat au moyen des techniques traditionnelles. „

Gérard Piette, Ottawa

 

"We used the OAR DF to identify the source of interference affecting a private commercial repeater in the Rimouski area. We discovered a sawmill operating more than 50 fixed and mobile units on an unauthorized frequency. The difficulty was in locating interference coming from so many places at the same time. In spite of this, the DF enabled us to identify the source of the problem quickly and accurately."

Alain Bouffard, Ste-Foy

 
 

Pour donner suite à une plainte de brouillage touchant un répéteur commer­cial privé de la région de Rimouski, nous avons utilisé le système mobile de radiogoniométrie pour découvrir une scierie qui avait recours à une fréquence non autorisée avec plus de 50 unités fixes et mobiles. La recherche se faisait difficile en raison du nombre et des multiples origines des signaux brouilleurs ainsi que des déplacements des unités mobiles. Malgré tout, le système de radiogo­niométrie nous a permis de cerner le problème avec précision et rapidité. »

Alain Bouffard, Sainte-Foy 

 

Related Links

---