RadioSpectrum.CA

RADIO OPERATORS  -  SPARKS  -  RADIO TECHNICIANS

RADIO TECHNOLOGISTS  -  RADIO ENGINEERS

RADIO INSPECTORS  -  SPECTRUM MANAGERS

SpectreRadio.CA

OPÉRATEURS RADIO  -  TECHNICIENS RADIO

TECHNOLOGUES RADIO  -  INGÉNIEURS RADIO

INSPECTEURS RADIO  -  GESTIONNAIRES DU SPECTRE

              

 
 
 

Giuseppe Luigi Rosso

alias Joseph L. Rosso

Début au Ministère des Communications en 1971

Retraite d'Industrie Canada en 2006

 
 

 

Note biographique en date du 22 septembre 1971 concernant les techniciens ( Inspecteurs radio ) affectés au secteur de la règlementation des télécommunications. Les dates de naissance des personnes encore vivantes ont été effaçées.

Voir la note de service du 22 septembre 1971

 

 

Né à Montréal, Québec, en 1950 de parents immigrés du nord de l’Italie, il a terminé ses études de technologue en électrotechnique au Collège du vieux Montréal en 1971.  Cette même année il a été recruté par le ministère fédéral des Communications dans un poste d’inspecteur de la radio.

 

Pendant 5 ans il a travaillé principalement dans les domaines de l’inspection des divers types de stations  radio, incluant la radiodiffusion, les systèmes de radio navigation et les systèmes de cablodiffusion.

 

À l’instar de plusieurs de ses collègues, Joseph était appelé à inspecter  les stations radio à bord des navires canadiens et étrangers dans le port de Montréal. Une veille permanente était assuré par les inspecteurs et à tour de rôle le travail se faisait à toute heure du jour ou de la nuit et ce 7 jours par semaine.  Le but de ces inspections était de s'assurer que les installations se conformaient aux règlements canadiens et internationaux.  Encore aujourd’hui les navires doivent  posséder des certificats de conformité pour pouvoir naviguer.

 

En mars 1976, il a été promu au bureau régional où il a administré divers programmes régionaux dont (1) le domaine de la câblodistribution qui à cette époque était  très surveillé par le fédéral qui visait  avec l'industrie la meilleure qualité de signal distribué aux abonnés, et (2) la surveillance du spectre aussi appelé « le contrôle des émissions » dans le jargon.  Trois centres de surveillance étaient fonctionnels pendant ces années là.  Le centre de Senneterre se concentrait presque entièrement aux ondes hecto et décamétriques (HF). Celui de St-Lambert de Lévis assumait aussi le contrôle des bandes HF avec un mandat pour le spectre  au-dessus de 30 Mhz.  Le centre de contrôle de St-Rémi de Napierville surveillait toutes les bandes en deçà de 1 GHz et, en sa qualité de laboratoire régional, contribuait, avec l‘Ingénierie du Spectre, à l'évaluation de l'équipement d'écoute et de mesure destiné au travail d'inspecteur de la radio.   Les centres de St-Lambert et de St-Rémi étaient aussi  munis de laboratoires mobiles.   

 

En février 1977, il a accepté une promotion à l’ingénierie de la radiodiffusion.  La câblodistribution était toujours en expansion et les demandes de certification ministérielle pour les systèmes et leur reconfiguration augmentaient constamment.  Joseph a étudié les demandes des câblodistributeurs et fourni les recommandations techniques à l’Administration Centrale pour l'émission des Certificats techniques de construction et de fonctionnement (CTCF).  L’émission des CTCF était une tâche strictement réservée aux fonctionnaires de l’Administration Centrale à Ottawa.

 

En novembre 1977, Joseph , séduit par le domaine des affaires réglementaires et les poursuites judiciaires, poste laissé vacant par  un collègue du bureau régional de Montréal promu vers  l’Administration Centrale demande un transfert de poste.  La requête, rapidement acceptée par son ancien patron, a permis à Joseph de s'intégrer dans le domaine réglementaire et de se concentrer sur les différents statuts fédéraux touchant directement ou de façon accessoire le domaine des télécommunications.  Il a piloté, avec succès, plus de 27 dossiers de poursuites judiciaires dans le domaine de la radiocommunication.

 

Parallèlement, de mars 1990 à la fin de 1993, Joseph participe intensivement à la refonte des règlements touchant la radio et le ministère des Communications se dotait d'une nouvelle règlementation :  Le règlement sur la radiocommunication.

 

En 1989, Joseph  hérite, en plus des affaires réglementaires et des poursuites judiciaires, du domaine des télécommunications d’urgence (TU).   Pendant dix-sept ans Joseph a présidé le Comité régional sur les télécommunications d’urgence du Québec.   Ce comité fédéral regroupait les fournisseurs de service de télécommunications du Québec, les ministères fédéraux susceptibles d’intervenir en situation d’urgence et les ministères et organismes  Québécois (le ministère de la Sécurité publique, la DGTIC et Hydro Québec). Joseph a contribué au programme TU de l’Administration centrale d’Ottawa en agissant comme (1) professeur au Collège de la Protection Civile du Canada à Arnprior, (2) responsable national des exercices en télécommunications d’urgence.  Compte tenu de son expertise dans la conception et le fonctionnement des exercices,  il a développé  pas moins de 29 exercices pour différents organismes Canadiens, Québécois, Régionaux et Nord-américains.  Ce travail nécessitait des déplacements pour apporter des contributions et des avis occasionnels pour le compte d’une alliance internationale basée en Europe.

 

À titre de coordonnateur fédéral aux télécommunications d'urgence,  il a été impliqué dans la coordination de services de  télécommunications à plusieurs reprises soit au niveau  de déraillements de trains, feux de forêts, inondations, feux de pneus et autres crises régionales ou événements particuliers comme les préparatifs et le contrôle du passage à l'an 2000.

 

Dans ses temps libres, car le travail l'amenait à voyager souvent, il s'amusait à construire sa station de radioamateur et continuait d'approfondir ses connaissances dans le domaine de la radioélectricité.  En 1972 il obtenait son certificat de radioamateur supérieur et en 1978 il recevait sa licence de station radio qui portait l'indicatif VE2GX.  C'est durant cette période que Joseph pressait sa jeune épouse à faire le souper car Monsieur VE2GX avait un 'sked' pour faire des interconnections au réseau téléphonique permettant ainsi à nos collègues militaires situés dans le grand-nord canadien de parler avec leurs familles dans le sud.  Au début des années 80, la technologie moderne remplaçait le HF et le bénévolat de Joseph a pris fin.

 

Joseph  s’est retiré d’Industrie Canada le 17 novembre 2006 mais encore aujourd'hui il continue à avoir une grande passion pour l'avancement de la radioélectricité.

 

Le 22 mai 2008.

Links  -  Liens

1995 - Emergency Telecommunications - When a Little Co-operation Goes a Long Way

1995 - Télécommunications d'urgence - Un peu de coopération qui rapporte beaucoup

 

Ice storm 98

Tempête de verglas 98

 

1999 - Industry Canada Prepares for Year 2000

1999 - Industrie Canada se prépare à l’an 2000

 

2001 - IC's Emergency Response Teams Spring into Action

2001 - Les équipes d'intervention d'urgence d'IC au cœur de l'action

 

2014 - Rencontre amicale à Sherbrooke de quelques anciens du spectre

 

Comments from Michel Milot

Michel Milot's Comments